Les caractéristiques du frelon asiatique.


Habitat et comportement

Le Frelon asiatique est originaire d’Asie continentale, où le climat peut être similaire à celui de la France dans certaines régions. C’est l’une des raisons pourquoi l’une des espèces de frelons provenant d’Asie, le nigrithorax, s’est si bien acclimatée à notre pays. Il aurait été importé dans le Lot-et-Garonne en 2005 en même temps qu’une livraison de poteries venue de Chine. Il s’est depuis propagé dans la majeure partie de la France (certains endroits de l’est étant pour l’instant épargnés) et dans les pays alentours : Espagne, Italie, Allemagne, Belgique mais également en Angleterre ou au Portugal. D’après les estimations, l’invasion du Frelon asiatique progresse environ de 60 kilomètres par an.

On retrouve le frelon asiatique dans nos campagnes mais également dans nos villes, là où le climat lui convient et où il peut trouver des sources d’alimentation.

Il est important de noter que le frelon asiatique est une espèce diurne, c’est-à-dire qu’elle n’est active qu’en journée, contrairement au frelon européen. Le frelon asiatique est relativement peu agressif vis-à-vis des humains, il est possible d’observer un nid jusqu’à 4 ou 5 mètres de distance sans risque d’attaque de la part de la colonie. L’agressivité de la colonie semble liée à la taille du nid : plus le nid est volumineux, plus le risque s’avère important. Il faut néanmoins éviter d’essayer de détruire le nid sans matériel adéquat et de toucher les ouvrières. La piqûre de frelon asiatique n’est pas plus dangereuse que celle d’une abeille ou d’une guêpe.

Neature - Vespa Velutina- Rome MNHN-INPN

Alimentation

Le frelon asiatique est un prédateur généraliste s’attaquant à toutes sortes de proies. Il est notamment prédateur des autres hyménoptères sociaux, la guêpe et l’abeille par exemple. Il s’alimente également de petits insectes (les mouches, papillons, etc.) et d’araignées ; à noter qu’il s’alimente aussi de chair de vertébrés (viande exposée à l’air libre dans un marché par exemple). Les frelons adultes se nourrissent de liquides sucrés (miel, nectar et autres boissons sucrées) ainsi que de fruits mûrs en automne.

 

Reproduction

D’octobre à novembre, les femelles reproductrices de la nouvelle génération quittent le nid pour s’accoupler. Ce sont les seuls individus à hiverner et à survivre à la colonie. Du mois de mars au mois de juin, les reines fondatrices amorcent la construction de leur nid (primaire) et pondent pour donner naissance aux premières ouvrières qui deviendront adultes environ un mois et demi plus tard. La tâche de construction et d’entretien du nid revient alors aux ouvrières, alors que la reine s’occupe uniquement de la pondaison pour peupler sa colonie. Le nid grandit progressivement pour atteindre sa taille maximale aux alentours du mois d’octobre. A partir de la fin de l’automne, quand les femelles reproductrices ont quitté le nid (sauf celles se retrouvant bloquées dans le nid à cause du froid), la colonie voit ses individus mourir au fur et à mesure. Les nids, une fois la colonie éteinte, ne sont pas réutilisés. Il est intéressant de noter que les nids de Frelons asiatiques comportent en moyenne cinq fois plus d’individus que ceux des Frelons européens. Les nids les plus imposants peuvent abriter plus de 13000 individus pendant la saison (d’avril à novembre), dont plus de 500 femelles fondatrices.

Comment reconnaître le frelon asiatique ?


Identification physique

Le frelon asiatique est reconnaissable par sa couleur brune noire caractéristique. Le thorax du Frelon asiatique est entièrement brun noir, seul son abdomen présente une bande jaune. Le bout de son abdomen est orangé, de même que sa face. Ses pattes sont jaunes à leur extrémité. Le Frelon asiatique mesure environ 3 centimètres de long.

 

Identification du nid de frelon asiatique

Il faut savoir que l’on distingue deux types de nids de frelons asiatiques : les nids primaires et les nids secondaires.

Les nids primaires, visibles durant la période allant d’avril à juillet, mesurent entre 5 et 10 cm. Ils sont principalement localisés à proximité des habitations et des endroits abrités à hauteur d’homme (garages, granges, hangars, toits, volets roulants…).

Les nids secondaires, quant à eux, sont observables durant la période allant de juillet à décembre. Ils ont une taille comprise entre 30 cm et 90 cm en général, bien qu’ils puissent atteindre jusqu’à un mètre de hauteur et 80 cm de diamètre. On les trouve, en grande majorité, en hauteur dans les arbres. La protection du nid dans le feuillage des arbres rend leur identification difficile et il faut attendre l’automne et la chute des feuilles pour les déceler. Il est également possible qu’ils soient présents dans les greniers des maisons.

De manière générale, l’entrée du nid du frelon asiatique est latérale alors que l’entrée se situe vers le bas du nid pour un frelon européen. Dans le cas de ces deux types de frelons, le nid est fabriqué à base de fibre de cellulose mâchée.

A gauche, un nid primaire de frelon asiatique, au centre un grand nid secondaire de frelon asiatique et à droite un nid secondaire de frelon asiatique d’une taille moyenne.

Comparaison avec le frelon européen et la guêpe commune

Les Frelons asiatique et européen sont plutôt simples à distinguer de par leur couleur et leur taille. Le frelon européen présente un abdomen jaune rayé de noir, son thorax est roux et noir. Le frelon européen est en moyenne un peu plus long que le frelon asiatique (les reines en particulier).

Les nids de frelons asiatiques et européens se distinguent par leur emplacement : le nid du frelon européen a une grande ouverture basale alors que celle du frelon asiatique est latérale. Les nids de frelons asiatiques peuvent se situer au-delà de 2 mètres de hauteur, contrairement à ceux des frelons européens se trouvant en général dans des abris, des troncs d’arbres ou parfois dans le sol.

La Guêpe commune (Guêpe germanique, Vespula germanica) présente une couleur à dominante jaune. Son abdomen est jaune avec une bande noire. Son thorax est noir tacheté de jaune et sa face est jaune. La Guêpe commune est bien plus petite que le Frelon asiatique : 2 centimètres tout au plus. Les nids sont également différents. La guêpe peut fonder son nid dans le sol ou dans un abri, ou en extérieur dans des lieux protégés et plutôt sombres. L’entrée d’un nid de guêpe est de taille très réduite et basale. Il est intéressant de noter que la Guêpe des buissons (Dolichovespula media) ressemble un peu plus au frelon asiatique en termes de couleur. Tout son corps est noir. Son abdomen présente de fines bandes jaunes. Ses pattes sont également jaunes, comme celles du Frelon asiatique. La Guêpe des buissons est néanmoins beaucoup plus petite de taille, celle-ci mesurant 2,2 centimètres au maximum. Son nid mesure tout au plus 20 centimètres de diamètre et ne se trouve jamais à plus de 2 mètres de hauteur.

A gauche, un spécimen de frelon asiatique, au centre un spécimen de frelon européen et à droite un spécimen de guêpe commune.

Quels dangers représente le frelon asiatique ?


Un danger économique et écologique

L’invasion du territoire français par les frelons asiatiques comporte un risque à la fois économique et écologique.

De par son comportement de prédation des abeilles domestiques (Apis Mellifera), le frelon asiatique constitue une menace pour la culture apicole. Les ruches sont généralement construites avec une entrée qui empêche l’intrusion d’insectes plus grands que les abeilles. Néanmoins, les frelons asiatiques, en demeurant en vol stationnaire devant les ruches perturbent leur activité et sont en mesure de capturer les ouvrières qui en sortent ou qui y rentrent. Les abeilles domestiques européennes n’étant pas adaptées à l’existence de ce prédateur, un nid de frelon peut causer d’énormes dommages à un rucher. Cette forme de prédation est particulièrement nuisible pour les abeilles. Les frelons asiatiques attaquent généralement les ruches en groupe (jusqu’à 20 individus) et perturbent l’activité des abeilles dans des périodes où elles préparent leurs réserves pour l’hiver. Les colonies d’abeilles domestiques européennes disposent néanmoins de stratégies de défense contre les attaques des frelons asiatiques mais demeurent encore très vulnérables à leur agression.

Il a également été constaté que les colonies de frelons asiatiques pouvaient endommager les vergers, ceux-ci se nourrissant également de fruits.

Les frelons asiatiques menacent également de manière indirecte et difficilement mesurable la production agricole en général. Leur comportement de prédation des insectes pollinisateurs pourrait avoir des conséquences sur la production agricole si leur invasion n’est pas contrôlée. L’activité des insectes pollinisateurs, les abeilles notamment, a une influence bénéfique sur l’agriculture et le renouvellement de la biodiversité végétale. La démultiplication des colonies de frelons pourrait donc mettre en danger la production agricole si les insectes pollinisateurs venaient à se raréfier.

Enfin, la propagation des nids de frelons asiatiques comporte également un risque sanitaire. Si le venin du frelon asiatique n’est pas plus dangereux que celui du frelon européen, la relative importance du nombre d’individus dans leurs nids en fait un danger important pour les personnes qui s’en approcheraient de trop près, tout particulièrement pour celles qui seraient allergiques aux piqûres d’Hyménoptères ou pour les personnes exposées à leurs présences (paysagistes, personnel des Services Techniques municipaux, etc.).

 

Un danger sanitaire

Les frelons asiatiques, tout comme les abeilles ou les guêpes, possèdent un dard qu’ils utilisent en tant que forme de défense. Les frelons asiatiques peuvent se montrer agressifs si ils se sentent menacés, par des mouvements brusques par exemple, ou si leur nid est menacé. Ils peuvent alors piquer à plusieurs reprises, contrairement aux abeilles. Leur piqûre, bien que douloureuse, n’est pas dangereuse, sauf en cas d’allergie aux piqures d’hyménoptères.

Le signe d’une piqûre de frelon est une légère perforation de la peau.  Le venin injecté par le frelon asiatique va faire rougir rapidement la zone piquée, et va provoquer une marque surélevée. Celle-ci peut provoquer des démangeaisons pendant plus d’une journée.

Pour soulager la douleur, plusieurs techniques sont possibles :

  • Appliquer une compresse froide.
  • Prendre du paracétamol ou de l’ibuprofène.
  • Utiliser des comprimés antihistaminiques pour réduire le gonflement autour de la piqûre.

Dans le cas d’une allergie, une anaphylaxie peut se produire, celle-ci est potentiellement mortelle mais reste rare. En effet, seul 2% de la population est allergique aux piqûres d’hyménoptères. Certains signes peuvent alors vous alerter :

  • Difficulté à respirer ;
  • Respiration sifflante ;
  • Vomissements ;
  • Des nausées ou des diarrhées ;
  • Sensation de faiblesse ou étourdissement ;
  • Gonflement du visage ou de la bouche ;
  • Problèmes de déglutition.

Si l’un de ces signes apparaît à la suite d’une piqûre, il est impératif d’appeler les secours.

Neature - Frelon asiatique nid primaire

Un spécimen de femelle fondatrice de Vespa velutina à l’intérieur de son nid (nid au stade primaire).

Que faire en présence de frelon asiatique ?


Dois-je intervenir seul ou pas ?

Nous vous déconseillons d’essayer de détruire un nid de frelon asiatique vous-même. Il s’agit, en effet, d’une opération comportant des risques et nécessitant une méthodologie adaptée pour être pleinement efficace.

Pour les particuliers et les collectivités, les pièges, malheureusement largement utilisés, sont totalement inefficaces. D’une part, ils ne touchent qu’un nombre très réduit d’individus par rapport à la population d’un nid. D’autre part, ils représentent un danger pour la biodiversité locale. Ces pièges sont, en effet, non sélectifs s’ils sont mal utilisés : ils touchent autant les insectes endogènes que les frelons asiatiques.

Le piégeage de printemps est donc à éviter à une exception : le voisinage de ruches. Celui-ci est cependant recommandé en cas d’attaque du frelon asiatique sur un rucher et uniquement dans ce cas (consulter le site de l’ITSAP pour plus de détails – itsap.asso.fr).

 

Vous faîtes appel à Neature.

En faisant appel à nos services, vous choisissez une entreprise appliquant des méthodes d’intervention sécurisées et agissant en cohérence avec votre environnement. Nous vous conseillons de nous contacter au plus tôt afin de nous permettre d’intervenir sans avoir besoin de recourir à des produits chimiques.

Lorsque nos techniciens interviennent sur un nid de frelons asiatiques au stade primaire, il est possible de le retirer de votre jardin ou de votre habitation en minimisant notre impact sur la faune locale. Dans ce cas, les nids sont identifiés, puis récupérés et congelés dans un contenant prévu à cet effet. L’action est ainsi très localisée, ne nécessite pas de produits chimiques et ne menace pas les autres espèces.

Lorsque nos techniciens interviennent sur un nid de frelons asiatiques au stade secondaire, il est plus difficile de pouvoir prélever le nid et le traitement est quasi systématique. Si tel est le cas, le technicien s’efforcera d’appliquer la méthodologie nécessitant le moins d’insecticide.

Les recherches menées tentent de trouver des molécules attirant uniquement le frelon asiatique. Les chercheurs de Neature participent à trouver eux aussi de nouvelles méthodes protectrices de l’environnement face aux espèces exotiques envahissantes.

La sérénité, enfin.

Faites un geste pour votre porte-monnaie et votre santé en nous confiant votre problème.
Nos solutions sont garanties et respectueuses de l'environnement.

Réservez une intervention

Espèces similaires.


Vous recherchez des informations sur une autre espèce?