Les caractéristiques de la vrillette.


On distingue deux types de vrillettes : la petite et la grande. Les deux ont un cycle biologique différent mais peuvent faire des dégâts considérables aux meubles ou aux charpentes.  Ces deux espèces peuvent également cohabiter.

 

Habitat et comportement

Petite vrillette

On trouve la petite vrillette en Europe, en Amérique du Nord, en Australie, en Nouvelle Zélande, en Afrique du Sud et en Asie du Nord (sauf en Chine) dans des zones de climat tempéré. En France, on note surtout sa présence dans l’Ouest et le Sud-Ouest, où les conditions climatiques sont plus favorables à son développement car plus humides. La petite vrillette se satisfait de 10% d’humidité à une température de 20°C. Elle fait son apparition à partir du mois de mai et ce, jusqu’en septembre. Elle ne peut voler que lorsque le temps est chaud et ensoleillé, sinon elle se déplace en marchant.

Elle est plutôt rare dans la nature et vit principalement dans les maisons sur le bois de feuillus et résineux d’où son surnom de « vrillette domestique ».

On peut observer des traces de son passage sur les meubles, tableaux,  sculptures et ouvrages. Il est également possible de la retrouver dans les livres anciens et archives ainsi que dans les instruments de musique. Dans les cas les plus extrêmes, elles peuvent attaquer les charpentes, les planchers et les pièces de menuiserie.

Grande vrillette

La grande vrillette est présente en Amérique du Nord, en Afrique du Nord et partout en Europe, mais c’est surtout en Angleterre et aux Pays Bas qu’elle fait le plus de dégâts. Il lui faut un taux d’humidité de 22% et une température avoisinant les 22°C et 25°C. Elle apparaît souvent suite à des pluies abondantes, des inondations ou après un cyclone. La sortie de l’insecte du bois a lieu vers le mois d’avril mai.

On retrouve cette espèce dans la nature sur les sources ou les troncs d’arbres morts mais aussi en ville. Des bâtiments comme les églises, chapelles et châteaux sont souvent infestés du fait de l’humidité qui règne dans ces endroits. Elle est également présente dans des maisons, où elle se positionne sur le bois de feuillus et de résineux.

Elle s’attaque principalement aux charpentes, vieux parquets, vieilles boiseries, escaliers et bois d’ouvrages (cf. la petite vrillette : meubles anciens, sculptures, tableaux et ouvres d’art).

 

Alimentation

Petite vrillette

Anobium punctatum, plus connue sous le nom de petite vrillette dévore l’aubier des résineux, feuillus et acajou : aulne, noyer, pin, bouleau, peuplier, châtaignier et sapin. Elle s’en prend fortement aux bois blancs. A l’inverse, elle s’intéresse plus rarement au chêne et au frêne et épargne les bois tropicaux. Elle aime le bois dur et le bois tendre.

Grande vrillette

Xestobium Rufovillosum consomme chêne, bouleau, orme, aulne, saule, châtaignier et hêtre. Au même titre que la petite vrillette, elle n’a pas d’intérêt pour les bois tropicaux. Elle préfère le bois tendre. C’est sous sa forme larvaire qu’elle a le plus besoin de s’alimenter.

 

Reproduction

Petite vrillette

L’insecte adulte a une durée de vie égale à 3 ou 4 semaines et ne fait que se reproduire. Après l’accouplement, les œufs sont généralement déposés dans des bois dont la surface est rugueuse telle que les parties non cirées de meubles, les tranches de panneaux de contreplaqué, les fentes, les joints d’assemblages, les anciennes galeries, etc. Le nombre de ces œufs, déposés isolément ou par groupes, varie entre 20 et 30. Les œufs des petites vrillettes sont blancs laiteux et sont quasiment invisibles puisqu’ils sont de l’ordre de 0,5 mm.

Grande vrillette

L’insecte adulte vit de 8 à 10 semaines et se consacre à la reproduction. Les mâles donnent des coups de tête réguliers et répétés contre la surface du bois afin d’attirer les femelles. Les sons en résultant sont similaires à ceux d’une horloge et ont un caractère perçu comme inquiétant, d’où leur surnom d’ « horloge de la mort ». L’accouplement a généralement lieu à l’extérieur des galeries. Pour pondre, la femelle recherche des surfaces rugueuses, des fentes ou des fissures. Il est essentiel qu’un champignon de pourriture cubique ou fibreuse ait attaqué préalablement le bois pour le bon développement des futures larves.  Le nombre d’œufs déposés isolément ou par groupes oscille entre 50 et 200 œufs, bien que le nombre moyen est de 100. Leur taille est d’environ 0,6 mm.

 

Cycle de vie

Petite vrillette

1. Ponte et éclosion des œufs

La femelle pond dans une quantité variant de 20 à 30 œufs. L’incubation dure environ 4 ou 5 semaines.

2. Développement larvaire

Une fois que les œufs ont éclos, la larve se développe durant une période allant de 2 à 4 ans en fonction de :

  • La température (optimale vers 22°C)
  • L’humidité du bois (optimal à 30%) et ambiante (entre 55 et 65%)
  • La présence éventuelle de champignons (qui favorise leur développement)

C’est durant cette phrase que la petite vrillette fait le plus de ravages en creusant des galeries qui endommagent vos bois de manière considérable. La plupart du temps, ces galeries sont parallèles au fil du bois et se croisent.

3. Age adulte

Une fois le développement larvaire terminé, la nymphose débute et dure 2 à 3 semaines, laissant ainsi place aux adultes. La petite vrillette sort alors dehors en perçant un trou dans le bois ayant entre 1,5 et 2 mm de diamètre.  C’est à partir de ce moment qu’il est possible de constater sa présence grâce aux orifices d’envol apparaissant dans le bois. Sa durée de vie d’adulte est de 3 à 4 semaines, temps où elle va se reproduire.

Grande vrillette

1. Ponte et éclosion des œufs

La femelle pond dans une quantité variant de 50 à 200 œufs. L’incubation dure environ 2 semaines.

2. Développement larvaire

Une fois que les œufs ont éclos, la larve se développe durant une période allant de 2 à 10 ans en fonction de :

  • La température (optimale entre 22°C et 25°C)
  • L’humidité du bois (minimum 22%) et ambiante (environ 90%)
  • La valeur nutritive du bois (beaucoup de sucres et d’azote de par la présence d’un champignon)

C’est durant cette phrase que la grande vrillette fait le plus de ravages en se nourrissant du bois et en creusant des galeries qui endommagent celui-ci de manière considérable. La plupart du temps, ces galeries sont parallèles au fil du bois et se croisent.

3. Age adulte

Une fois le développement larvaire terminé, intervient la nymphose qui dure de 2 à 3 semaines. La grande vrillette sort alors dehors en perçant un trou dans le bois ayant entre 2 et 4 mm de diamètre.   L’adulte vit environ de 8 à 10 semaines.

Comment reconnaître la vrillette ?


Identification physique

Petite vrillette

 La vrillette domestique adulte est reconnaissable par sa couleur brun foncé et sa forme allongée pouvant varier de 2,5 à 5 mm. Elle a une position arquée naturelle et se distingue des autres Anobiidae par la forme de ses antennes et de son capuchon. Sa tête est à moitié cachée sous son pronotum. La femelle est, généralement, plus grosse et de teinte plus claire que le mâle. Les œufs sont de couleur blanc, laiteux, en forme de gland et difficilement visibles à l’œil nu car leur taille est de 0,5 mm.

La larve d’Anobium punctatum est d’une teinte blanche et couverte d’une fine couche de pilosité blonde. Elle possède trois paires de pattes et une paire de mandibules. Sa taille varie de 5 à 7mm.

Grande vrillette

La grande vrillette adulte est reconnaissable par sa couleur brun foncé et par ses touffes de poils jaunes blanchâtres qui lui donnent un aspect bigarré. Sa tête est à moitié cachée sous son pronotum. Sa forme est trapue et sa taille varie de 5 à 7 mm. La femelle est en général plus grosse que le mâle. Les œufs sont de couleur blanc ivoire et ont une forme proche du citron. Ils mesurent environ 0,6 à 0,7 mm.

La larve de Xestobium rufovillosum est de couleur crème, très poilue et peut mesurer de 6 à 11mm de longueur. Elle a une apparence charnue et possède une paire de mandibules et trois paires de pattes.

Comparaison des petites vrillettes et des grandes vrillettes

La petite vrillette et la grande vrillette sont plutôt simples à distinguer de par leur taille. La grande vrillette est beaucoup plus grande puisqu’elle peut mesurer jusqu’à 11 mm de long tandis que la petite vrillette ne dépassera pas 5 à 7 mm.  Les trous d’envol de la grande vrillette sont également plus conséquents (4 mm).

La grande vrillette peut aussi être distinguée de presque tous les autres Anobiides de par l’absence de stries sur ses élytres.

Signes de sa présence

Il est relativement difficile de repérer la présence de vrillettes au sein de votre habitation ou de votre bâtiment dès leur installation. En effet, elles ne sont repérables qu’après leur sortie.

Cependant, il existe des signes caractéristiques qui permettent de repérer l’invasion de vrillettes avant que cette dernière ne soit trop importante.  Si vous soupçonnez la présence d’insectes xylophages comme les vrillettes dans votre habitation ou votre entreprise, voici un échantillon des éléments qui peuvent vous confirmer leur présence :

  • Trous dans le bois. De formes rondes ou ovales avec des bords nets, ces trous de vermoulure vous indiqueront la présence de vrillettes. Selon leur taille, vous pourrez savoir s’il s’agit de la petite vrillette (1 à 2 mm) ou de la grande vrillette (3 à 4 mm). Ces trous correspondent aux orifices de sortie d’insectes adultes.
  • Galeries dans le bois. Elles sont généralement difficiles à repérer et sont remplies de déjections granuleuses ressemblant à des petites lentilles brunes d’1 mm. On les découvre en déplaçant des objets en bois ou lors de travaux de rénovation (comme un changement de parquet, de plinthes, etc.). Les galeries fragilisent le bois qui va se casser plus facilement.
  • Bruits secs, réguliers et périodiques. Lors de sa parade nuptiale, la grande vrillette va émettre des sons audibles de l’extérieur en frappant sa tête à coups saccadés contre le bois visant à interpeller la vrillette du sexe opposé. Ses bruits sont répétitifs et annoncent le signe d’un futur accouplement.
  • Poussière de bois ou sciure. Lorsque que les insectes adultes sortent du bois, ils forment un trou de sortie ce qui provoque de la poussière de bois.
  • Plancher endommagé. Dans des cas extrêmes, un pied de chaise qui traverse le plancher peut indiquer un problème plus grave lié à la présence d’insectes xylophages.
  • Insectes morts. Généralement, vous en trouverez près du bois infesté ou autour des fenêtres de votre habitation ou bâtiment.
  • Insectes adultes. Ils sortent du bois à une période bien précise. La petite vrillette apparaît entre mai et septembre tandis que la Grande vrillette se montre entre avril et mai.
  • Œufs. Ils sont difficiles à repérer à l’œil nu mais sachez que l’œuf d’une petite vrillette est de l’ordre de 0,5 mm et celui d’une Grande vrillette de 0,6 à 0,7 mm.
  • Larves. Elles sont généralement d’une couleur blanc crème et de forme incurvée.

Quels dangers représente la vrillette ?


Si l’on rencontre un certain nombre des vrillettes dans la nature, il faut savoir qu’elles se plaisent aussi beaucoup dans nos habitations, ce qui pose problème. En effet, en cas de prolifération sur le long terme,  les vrillettes peuvent s’avérer être redoutables de par les dégâts considérables qu’elles causent aussi bien aux meubles qu’aux éléments structurels de nos maisons, notamment au stade larvaire.

 

Un risque bâtimentaire

La petite vrillette

La vrillette domestique, comme tous les insectes xylophages, se nourrit du bois en forant des galeries en profondeur, mettant ainsi en péril toute la structure bâtimentaire de votre habitation : charpentes, planchers, poutres, etc. Qu’il soit d’essence feuillue ou résineuse, le bois peut être attaqué à une vitesse impressionnante puisque le nombre d’insectes de la première génération de petites vrillettes peut se trouver être multiplié par dix en dix ans. Avec un bois rongé ou affaibli, le risque d’effondrement de votre maison ou de vos locaux professionnels est bien réel. C’est pourquoi, dans certains cas, il est nécessaire de procéder à un remplacement de la structure du bâtiment.

La grande vrillette

Les grandes vrillettes créent majoritairement des dégâts dans les bois d’œuvre anciens humidifiés et mal ventilés à un certain moment (dégât des eaux, tempête, inondation, etc).

Cela peut être, par exemple, le cas des solivages souvent situés à l’aplomb de sanitaires ou cuisines ou de pans de bois tapissés d’un crépi ou d’une couche de plâtre devenus perméables au fil du temps.

 

Un risque économique

Les vrillettes occasionnent régulièrement des dégâts dans tous types de meubles et plus particulièrement dans les meubles anciens. Il en va de même pour les œuvres d’art notamment lorsqu’elles sont entreposées dans des lieux humides difficiles à chauffer (châteaux, églises). Enfin, elles peuvent endommager tout un panel de matières constituées de bois comme les armoires, tableaux, chaises, étagères, manches de pelle, sculptures, outils, instruments de musique, etc. Elles se nourrissent aussi de livres, papiers, cartons, etc.

Les factures de réparation pourront être très lourdes si des moyens efficaces ne sont pas rapidement mis en place à temps pour pallier les dégâts causés par les petites et les grandes  vrillettes.

Que faire en présence de vrillette ?


Puis-je intervenir seul ou pas ?

Nous vous recommandons de faire appel à un professionnel si l’infestation est active, c’est-à-dire dans le cas d’un problème avéré comme important ou dans le cas où vous souhaitez procéder à la protection de grandes surfaces au sein de votre maison ou de vos locaux professionnels.

A l’inverse, si l’infestation est localisée à une petite échelle, vous pouvez choisir de résoudre votre problème d’insectes xylophages vous-même. Sachez simplement que si vous ne traitez pas le problème à temps, vous pourriez mettre en danger vos proches ou les occupants du bâtiment infesté suite à l’apparition de défaillances structurelles.

Si vous souhaitez vendre un bien dans une région à risques, vous êtes dans l’obligation de faire appel à un professionnel certifié afin que celui-ci élabore un diagnostic sur la présence éventuelle de vrillettes au sein de votre habitation.

 

Vous intervenez seul.

Si vous n’avez que des petites surfaces à traiter, il existe des moyens simples mais efficaces pour vous débarrasser des vrillettes.

Parmi eux, on trouve l’huile essentielle d’eucalyptus, de lavande, de cèdre, d’agrumes, l’huile de lin, l’huile de neem ainsi que l’oignon ou l’ail. Pour cela, il vous suffit d’utiliser une seringue pour injecter le produit dans chaque trou et de bien frotter les zones attaquées ensuite.

Le froid constitue également un excellent remède contre l’invasion d’insectes xylophages.

Enfin, sachez que vous pouvez piéger les vrillettes grâce à un piège lumineux à ultraviolets car elles sont attirées par la lumière, qu’elle soit naturelle ou artificielle.

 

Vous faîtes appel à Neature.

En faisant appel à nos services, vous choisissez une entreprise appliquant des méthodes d’intervention sécurisées et agissant en cohérence avec votre environnement. Nous vous conseillons de nous contacter au plus tôt afin de nous permettre d’intervenir sans avoir besoin de recourir à des produits insecticides.

Dans le cas d’une infestation importante, notre technicien saura quels produits appliquer pour une disparition définitive et efficace des vrillettes. Il vous apportera également des conseils quant à la façon de protéger votre habitation contre des infestations futures.

Nos solutions pour la vrillette.


Mesures de prévention

Afin de décourager les vrillettes de s’installer au sein de votre habitation ou de votre entreprise, nous vous recommandons de suivre ces quelques consignes de prévention :

  • Surveiller constamment l’état des bois, des planchers, des charpentes et des meubles. Faites-le d’autant plus si votre habitation se trouve dans une région avec un environnement humide et chaud ;
  • Eviter d’avoir plus de 20% d’humidité dans les intérieurs ;
  • Limiter les infiltrations d’eau par les canalisations ou la toiture ;
  • Entretenir les meubles à l’huile de lin ou à la cire d’abeille ;
  • Mettre des sachets de lavande dans les armoires.

Attention : Les galeries creusées par les vrillettes sont souvent imprégnées de sciure, ce qui peut donner l’impression que le bois est peu attaqué.  Afin de constater l’ampleur des dégâts, il faut donner un coup de marteau.

Effectuer un diagnostic préventif régulier est également quelque chose que nous vous conseillons vivement. Des traitements psycho-chimiques préventifs existent aussi.

 

Solutions

Lors de notre intervention, le technicien procédera à une inspection complète de votre habitation ou de vos locaux afin d’identifier précisément les endroits où l’espèce est présente, les points d’entrée potentiels ainsi que les raisons de sa présence. Il privilégiera ensuite la méthodologie la plus adaptée à votre situation et à la préservation de la santé de vos proches, nécessitant une utilisation minimale de produits chimiques.

Sa responsabilité ira également au-delà des actions de contrôle. Il devra, en effet, vous fournir des éléments de prévention afin d’éviter ou de limiter une infestation future de vrillettes.

La sérénité, enfin.

Réservez une intervention

Espèces similaires.


Vous recherchez des informations sur une autre espèce?